Archives pour le mot-clé 'xy'

La réunion d’information

Ca y est, avant hier la réunion tant attendue est arrivée. Il s’agit de la première réunion à laquelle tout couple (ou personne) souhaitant adopter doit obligatoirement se rendre. Ce rendez-vous obligatoire est une réunion d’information pour l’obtention de l’agrément en vue d’une adoption.
Comme je l’avais expliqué précédemment j’avais quelque craintes vis à vis de cette réunion à cause des différents témoignages que j’ai pu lire sur des blogs, qui abordait ce rendez-vous comme un moment pénible et quasiment démotivant… Finalement, peut-être à cause du fait que nous nous attendions au « pire », nous sommes ressortis de cette réunion soulagés et même motivés ! C’est pourquoi je suis contente de pouvoir raconter mon expérience qui est un peu différente de celle que j’ai lu sur d’autres blogs…

Donc cette réunion à lieu au conseil général du département (Yvelines pour nous), et donc nous avions rendez-vous à Versailles à 14h. Etant précisé sur la convocation qu’il était très difficile de se garer nous avons préféré, une fois n’est pas coutume, de partir bien en avance. En plus, nous n’avons eu aucun mal à nous trouver une place dans la rue du lieu de rendez-vous donc nous étions là 3/4 d’heure en avance. Tant pis, nous avons décidé de nous y rendre tranquillement pour explorer les lieux.
Là-bas, des gens passaient près de la loge de l’accueil, qui semblaient habitués du coin, nous avons donc demandé ou se trouvait notre salle de rendez-vous. Ils nous ont indiqué la salle et la cafétéria où nous pourrions attendre. Je ne sais pas si c’est moi qui imaginais des choses mais j’avais vraiment l’impression que l’on nous regardait avec une certaine curiosité. Je me demandais vraiment ce qui pouvait se passer dans leur tête, on en a même ri avec mon chéri, ce qui montre que je n’étais pas la seule à avoir remarqué…
- Ils ont pas l’air si malheureux pour des gens stériles…
- Pourquoi se tourner déjà vers l’adoption à leur âge ?

Si seulement ils pouvaient comprendre la JOIE que nous ressentons à faire cette démarche…

Cela dit à ce moment l’atmosphère était un peu tendue car une fois trouvée la salle, il nous restait un quart d’heure à attendre sagement dans la salle de pause, ou nous avons pris un café et un thé au citron. Il y avait déjà d’autres personnes qui attendaient mais je n’étais pas sure qu’ils fassent partie des couples candidats à l’agrément. Mais on se regardait tous dans la salle d’attente en faisant mine de penser à autre chose, il n’y avait que moi et mon chéri qui parlions et rigolions ensemble. A part cela l’ambiance était aussi gênée et tendue que dans la salle d’attente du médecin…
Du coup on a préféré sortir et attendre dehors devant la salle. On a très vite été rejoints par tous les autres couples Tous étaient vraiment plus âgés que nous, il y avait aussi une femme seule.
Finalement, pile à l’heure sont arrivée deux femmes du Conseil Général qui nous ont ouvert la salle et nous avons pu nous installer.
Dans un premier temps nous avons eu une présentation de 40 minutes où la première femme nous a présenté très objectivement l’adoption (l’encadrement juridique, présentation du service Enfance Adoption des Yvelines, la procédure d’agrément, tout ce qui nous attendrait pas la suite : entretiens socio-psychologiques etc…) et puis finalement elle nous a présenté les chiffres de l’année 2013 dans les Yvelines, les statistiques, de manière ni positive ni négative, juste des chiffres… Donc rien de bien traumatisant.
Ensuite, par contre, ils nous ont passé un reportage qui s’appelle Blessures Secrètes, avec des témoignages de jeunes adultes ayant été adoptés pour nous montrer les traumas liés à l’adoption. Je suppose que tous les enfants adoptés arrivent à dépasser leur traumatisme mais bon d’un autre coté il est bon de se poser des questions AVANT d’adopter et c’est pour cela que je ne pense pas que cette journée soit vraiment faite pour décourager des couples, mais juste à poser les bonnes questions et empêcher à tout le monde de se voiler la face…
Finalement nous sommes sortis de là avec un dossier à remplir et à compléter avec des documents administratifs (actes de naissances, certificats médicaux, lettre de motivation, photos…) que nous avons rempli le lendemain même.
Pour finir nous avons pris un rendez-vous avec le médecin pour Lundi matin pour le certificat médical. J’espère juste que la RCH ne posera pas problème pour le médecin et que le certificat médical sera clean !

Convocation à la réunion d’information

La semaine dernière, après 3 semaines d’attente d’une réponse, j’étais trop impatiente de savoir ce qu’il en était de mon courrier ? Etait-il bien arrivé ? Et si oui, qu’allaient-ils bien me répondre ? J’ai donc appelé le service de l’adoption pour avoir des réponses à mes questions.
J’ai eu la bonne surprise de tomber sur une jeune femme charmante au téléphone. Elle m’a simplement demandé la ville où nous habitions et rien qu’avec cette information le dossier lui est revenu (je me dis qu’il ne doit pas y avoir foule de dossiers à traiter dans ces conditions). Et elle m’a répondu que sa lettre de réponse était parti la veille. Donc bonne nouvelle. Mais quand même, j’étais trop impatiente et je lui ai demandé de me dire le contenu de la lettre. Elle m’a dit que nous étions invité à une réunion d’information le 30 Janvier prochain (la semaine d’après).

Ca y est. NOUS ALLONS ETRE CONVOQUE.

Le 30 Janvier, cela tombe bien car nous sommes tous les deux à la maison en vacances !

Super, les démarches commencent ! On ne savait pas ce qui nous attendait, mais nous étions soulagés et contents !

Hier matin, j’ai quand même décidé de regarder quelques témoignages sur des blogs et forums pour avoir une idée de ce qui nous attend, et à quoi sert la « réunion d’information pour la procédure d’agrément ».
Ce que j’ai vu m’a vite fait déchanter.
De tous les blogs que j’ai vu, ce qui en ressort se résume à cela :
- un amphi plus ou moins rempli de couples ou personnes seules.
- une présentation de chiffres très négatifs sur l’adoption.
- le rappel de la difficulté que représente l’adoption et du peu de chances que chacun a de pouvoir adopter, et notamment adopter un bébé en bonne santé.
- de manière générale, ils ont tous ressenti cela comme un vrai test de motivation, sur un ton peu encourageant.

Bref, je ne m’attendais pas à ce qu’on nous bichonne mais je ne m’attendais pas non plus à ce genre de retours d’expérience.
Cela m’a un peu cassé le moral et cela m’a même fait un peu peur, mais bon, après réflexion, quelques encouragement de proches et une petite discussion avec mon chéri sur ce sujet, on s’est remotivé. On sait que l’on est prêt, et le fait de s’attendre au pire nous aidera surement à ne pas être désagréablement surpris face à cette réunion.
J’ai même hâte d’y être dans cet amphi et de vivre ce moment avec mon chéri car ce n’est pas tous les jours, quand même, que l’on se lance dans cette démarche !

Qui suis-je ? Faire face à l’incompréhension…

J’ai publié cet article car il concerne quelque chose qui me touche très personnellement.

Je souhaite parler de l’incompréhension à laquelle nous faisons face. Incompréhension de la part de beaucoup de personnes et notamment des médecins qui n’ont pas la délicatesse de se soucier de notre ressenti. Je sais que ce n’est pas leur métier. Mais tout ce qu’ils nous disent a toujours un impact sur nous. (je n’inclues pas tous les médecins… car j’ai eu la chance d’en connaitre aussi des plus délicats).

Ce message n’est pas seulement le mien, il provient de toutes les filles qui comme moi se sont vues expliquer ce syndrome.

Le ressentiment que nous avons est le même pour toutes. A toutes, les mêmes mots ont été prononcés pour nous expliquer ce syndrome, alors que nous étions toutes en âge de comprendre. Oui, si les médecins ont utilisé des mots pour nous faire comprendre, ils n’ont pas les mots pour nous faire accepter.

Le plus difficile n’est pas seulement de comprendre, mais de réussir à accepter ce syndrome qui détruit non seulement nos illusions mais détruit l’image que nous avons de nous-mêmes. Beaucoup d’années peuvent passer avant que nous puissions accepter notre féminité particulière.

Car sous notre apparence de femme, se cache un génotype auquel nous n’osons pas penser.
Nous sommes sensibles au pouvoir des mots qui sont utilisés pour nous qualifier… Le syndrome de résistance aux androgènes n’en est qu’un parmi beaucoup d’autres.

Mais comment se sentir féminine lorsqu’on nous parle de « Syndrome du testicule féminisant »… D’où ont-ils sorti que MOI j’avais des testicules ? Était-ce un nom supposé comique lors des grands freak shows de la médecine ?

Comment aurais-je réagit, avant de savoir, en entendant les mots de « pseudohermaphrodisme masculin »… L’hermaphrodisme, voila bien quelque chose que personne ne peut comprendre… Je ne vous pose même pas la question de ce à quoi vous pensez en entendant ces mots… Nous pensons a la même chose. Et je ne me sens pas concernée par ce mot… et pourtant, c’est celui que les médecins peuvent employer en parlant de moi. N’est ce pas cruel ?

Les médecins qui ont donné de tels noms à notre maladie n’ont jamais entendu leur patiente pleurer le soir en tentant de revoir une femme en elle.

Les médecins eux-mêmes ne savent pas comment nous considérer. Sommes-nous de vraies femmes ? Ou notre génotype fait-il à lui seul que nous soyons des « garçons mutés » ?

Comment a partir de là pouvons nous savoir qui nous sommes? Et comment sous les regards perplexes des autres qui nous entourent pouvons-nous ne pas ressentir l’envie de nous cacher ?

Pour ma part j’ai souffert d’apprendre l’existence de ce simple Y dans mon caryotype (ce n’est qu’en 2008, soit 4 ans après l’annonce que j’ai découvert ou alors vraiment compris que j’étais XY). Pendant des mois je n’ai pas pu porter une seule robe, alors que j’avais été féminine auparavant… Cela s’est assez vite résorbé finalement lorsque mes proches m’ont rassuré sur ma féminité, mais même des années plus tard j’avais encore des arrières pensées quand quelqu’un m’incluait directement dans leur groupe « le groupe des femmes ». Je n’étais pas simplement une femme. J’étais une « femme » entre guillemet. Une nuance peut-être pour vous, mais qui change tout quand à l’acceptation de soi et de son syndrome.


Contact Me

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Instagram

  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image

Suivez-moi


Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus