• Accueil
  • > Archives pour juillet 2017

Archives pour juillet 2017

L’attente, cette chance ?

Hello !

L’hiver est enfin passé. Ces derniers mois sont passés si vite que mon précédent post ne parait alors plus qu’un lointain mauvais souvenir où l’attente me semblait interminable, et notre projet d’adoption était enlisé dans les méandres invisibles de l’administration.

Alors qu’arrivent les vacances d’été, nos questions et nos doutes laissent place à la légèreté et les projets de sorties en amoureux. Même notre projet d’adoption a fait un nouveau (petit) pas avec la rencontre de Mme L. qui gère à présent notre dossier. Je reprend confiance et espoir et je m’arme d’une patience nouvelle qui tiendra encore longtemps. Dans le magazine « Accueil », qui est un petit trimestriel que nous recevons via l’EFA, qui porte sur différents sujets de l’adoption, un article traitait du sujet de l’Attente. Cela me fait penser à la notion d’élasticité du temps dont l’adoption nous fait encore plus prendre conscience. Vous aussi vous connaissez ce sentiment que le temps passe beaucoup plus vite lorsque vous êtes pressés, et très lentement lorsque vous vous ennuyez. L’attente d’un enfant dont on ne connait pas la date d’arrivée, ni en mois, ni en année, nous amène inlassablement à ce rapport au temps si particulier : beaucoup d’évenements nous rappelle à quel point l’attente est longue : un nouvel anniversaire, l’arrivée d’un bébé dans un foyer d’amis ou de proches, etc. C’est dans ces moments-là que la question revient « Et moi? Quand est-ce que mon tour viendra ? ». Si je devais résumer mon attente en un seul mot, je dirais instinctivement « LONGUE ». Pourtant, alors que nous n’avons qu’un an et demi d’agrément, il faut se rendre à l’évidence, nous ne sommes qu’au début de cette attente qui peut parfois durer 5, 10 ans chez certains couples, et 3 ans en moyenne. Nous connaissions ces informations et nous sommes donc bien obligés de constater qu’en fait, non, notre attente n’est pas particulièrement longue après tout. La question reste : « Que faire pendant cette attente ? Comment la mettre à profit pour notre projet » ? Depuis que nous avons obtenu l’agrément, nous avons continué de nous renseigner, d’imaginer la vie à trois, de faire des projets ça et là, ce qui fait du bien et du mal en même temps, car comme un gentil enfant qui fait bien ses devoirs, on a tendance à penser « et maintenant que j’ai bien travaillé, est-ce que j’ai droit à une récompense ». Mais bien sur, ce n’est pas comme ça que ça fonctionne.

Paradoxalement, il y a certains moment où je me dis « Imagine, on t’appelle AUJOURD’HUI pour te dire que vous avez un enfant ». Et bien souvent c’est la panique car je me dit : TOUT mais pas tout de suite. Car nous avons prévu une sortie qui me tiens beaucoup à cœur, Parce que j’ai beaucoup de boulot au travail que je dois terminer. Parce que j’ai juste envie de passer des nuits blanches à regarder ma série préférée avec mon chéri. Parce que… parce que… Bien sur, si vraiment on nous appelait pour nous dire que nous aurions un enfant, la joie serait la plus forte BIEN SUR, et tout le reste nous paraîtrait secondaire. Mais au quotidien,ce sont tant de raisons pour lesquelles nous arrivons à supporter l’attente car nous sommes HEUREUX et que l’absence d’un enfant ne nous empêche pas du tout de vivre pleinement et d’avoir des projets.

Et finalement, je me demande si cette attente n’est pas aussi quelque part une certaine chance. Quand je regarde autours de moi le nombre de personnes qui se sont précipitées dans la parentalité, et qui aujourd’hui me disent « Profite surtout, profite! ». Même si à chaque fois cela me fait un peu grincer des dents quand on me dit ça, j’essaye quand même de relativiser et me dire qu’effectivement, quel mélange de bonheur et de chamboulement que l’arrivée d’un enfant, et je suis heureuse que notre situation fasse que ce chamboulement ne soit pas pris à la légère. L’attente a permis à notre couple de prendre le temps de se questionner sur les vrais projets à faire en amoureux et développer des passions communes. Combien de couples peuvent se vanter d’avoir vécu 11 années rien qu’en amoureux ? Combien aurait réussi à bâtir quelque chose sans combler le vide par un enfant ? Je suis très heureuse de pouvoir me dire que lorsque l’enfant arrivera, il viendra s’ajouter à la liste des choses que nous partageons et ne viendra pas se substituer à elles pour n’être plus finalement que le seul point commun avec mon mari.

C’est pour cette raison que je me demande finalement si cette LOOOONGUE attente, qui inspire à priori la pitié, ne serait-elle pas au final une vraie chance pour nous ?

 


Contact Me

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Instagram

  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image

Suivez-moi


Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus