• Accueil
  • > Archives pour février 2017

Archives pour février 2017

“On voudrait avoir ce courage des oiseaux en hiver.”

Déjà 5 mois que je n’ai pas écrit ici. Je me réveille en Février après plusieurs mois sans grandes aventures, il faut le reconnaître, en ce qui concerne l’adoption.

A la date anniversaire de notre agrément, le 5 novembre pour nous, il y a une démarche administrative obligatoire qui consiste a confirmer notre souhait de maintenir notre agrément. Pour cela, il suffit d’envoyer une lettre à notre conseil général, qui nous répond avec un petit formulaire à remplir pour préciser si notre situation personnelle ou professionnelle à changé. Et bien sur, nous avons fixé un rendez-vous avec Mme G., notre assistante sociale. Lors de ce rendez-vous, elle nous a annoncé que le service adoption de notre conseil général des Yvelines allait fusionner avec celui du département des Hauts-de-Seine, et que par conséquent, il allait y avoir, début 2017, une grosse réorganisation du service, et que, peut-être elle ne serait plus notre référente, mais que nous aurions alors une nouvelle assistante sociale pour gérer notre dossier et le proposer au Conseil des Familles.

Cette nouvelle ne nous a pas particulièrement enchantés. Déjà parce que depuis 2 ans que nous la connaissons, nous nous sommes habitués (pour ne pas dire attachés) à la bienveillance de Mme G. quant à notre dossier, mais aussi parce que dans l’administration, CHANGEMENT, FUSION et RÉORGANISATION sont des mots qui laissent envisager qu’à un moment où un autre cela va être le bordel. A cela s’est ajouté une petite déprime due à l’anniversaire de notre agrément, car mine de rien, cela veut aussi dire que nous avons commencé notre démarche il y a 2 ans, et que, si la première année c’était « amusant », cette longue année d’attente n’a été ponctuée que de 2 petits entretiens avec Mme G. et le reste n’a été que 363 jours d’attente. Je ne peux pas dire que je me lève chaque matin avec l’espoir d’avoir un coup de fil. Non, loin de là. C’est plutôt l’inverse. Chaque jour, notre projet tombe un peu plus dans l’oubli. Au début, on espère, on s’accroche, et au fur et à mesure que passent les mois, on continue de vivre notre vie « normalement » : on va au travail, on fait les courses, on mange, on joue à des jeux vidéos, on dort. A coté de cela, on s’interdit beaucoup de projets : on va pas investir dans des vacances chères quand même : « et s’il arrivait, on ferait comment ? », je vais pas changer de travail maintenant : « et s’il arrivait, on ferait comment ? », la nouvelle cuisine/voiture/(ajoutez ce que vous souhaitez) ça va devoir attendre :  »et s’il arrivait, on ferait comment ? ». Bref, ce  »et s’il arrivait » qui nous enferme toujours un peu plus dans l’immobilisme de l’attente nous rappelle que le projet existe, mais du coup « il » n’arrive pas, et nous restons là à attendre on ne sait plus bien quoi, ni combien de temps.

Lors de notre entretien, cependant, Mme G. a quand même demandé avec un certain empressement que l’on fasse une réévaluation psy. et sociale (alors que ceux-ci sont proposés pour la 2eme année d’agrément souvent). Elle nous a rappelé combien elle nous trouvait « prêts » et du coup semblait vouloir nous proposer rapidement au Conseil des Familles. Nous nous sommes donc empressés de faire ces réactualisation avec une psychologue que V. n’a vraiment pas aimé (parce que l’entretien a duré 6h et que nous n’avions rien à nous dire, elle a passé 6h à nous raconter sa vie). Son rapport a été plus que positif donc c’est tout ce qui compte, mais pour autant, depuis Novembre rien ne s’était passé.

J’ai rappelé au début de Janvier 2017, un peu pour dire poliment « coucou nous sommes toujours là », et aussi pour savoir ce qu’il en était de cette fameuse « réorganisation ». Finalement j’ai eu Mme G. qui m’a annoncé que ce n’était plus elle qui avait la charge de notre dossier, comme elle l’avait prédit. Par conséquent, n’ayant pas les coordonnées de notre nouvelle interlocutrice, elle m’a laissé le numéro du nouveau Service Adoption pour que j’y enquête afin de connaître la personne qui allait être en charge de notre dossier.

J’ai passé l’après-midi a tenter d’obtenir le bon service, mais malheureusement on m’a juste dit que pour le moment personne n’avait été désigné pour s’occuper de notre dossier et que du coup, on me recontacterait. (coup de blues d’imaginer mon dossier qui dort dans un tiroir pendant que moi j’attend). Heureusement, nous recevons quelque jours plus tard un courrier nous confirmant que Mme G. ne s’occupe désormais plus de notre dossier, et nous indiquant les coordonnées de Mme L. notre nouvelle assistante sociale, ainsi que son après-midi de permanence téléphonique (le vendredi après-midi). J’attend donc le vendredi avec impatience pour la contacter. Mais, à nouveau un déception lorsqu’elle me répond que le « passage de mains » est encore en cours entre les deux départements et que le courrier que nous avons reçu est peut-être un peu hâtif car de son coté elle n’a eu aucune information comme quoi c’est bien elle qui s’occupe de notre dossier et que de toutes façons des réorganisations doivent encore avoir lieu dans son service. Par conséquent, elle attend encore une durée indéterminée que sa responsable lui confirme les dossiers qu’elle devra traiter, et que normalement, la personne qui sera désignée pour s’occuper de notre dossier nous contactera. OK donc on attend encore. Finalement, c’est la semaine dernière (soit un mois après cet échange) que Mme L. me laisse un message pour me confirmer que c’est bien elle qui s’occupera de son dossier.

Du coup, j’ai attendu de nouveau sa permanence téléphonique du vendredi après-midi pour la recontacter. J’avais hâte de pouvoir la rencontrer et que nous puissions nous présenter. L’idée que la personne en charge de notre dossier  ne nous aie jamais rencontré et n’aie jamais rien vu d’autre de nous que nos rapports (même s’ils sont très positifs) me dérange beaucoup. D’autant que cette personne continue de gérer des familles qu’elle a déjà rencontrées dans ses missions dans le 92, et sera donc naturellement, plus encline à proposer des familles avec lesquelles elle a échangé que des couples qui lui sont étrangers. Pourtant, elle nous a tout de suite arrêté et nous a précisé que dans le cadre de la nouvelle organisation, il ne serait plus prévu des temps de rencontres comme nous avions l’habitude de faire tous les 6 mois avec Mme G. Actuellement, la seule option serait qu’à nos deux ans d’agrément nous fassions une nouvelle demande de réactualisation psy et sociale et que ce serait à cette occasion que nous pourrions envisager d’élargir un peu notre agrément (en l’ouvrant sur d’autres pays, ou d’autres ethnies par exemple). Cependant, on parle là de quelque chose qui, déjà à l’heure actuelle n’est pas notre souhait. L’agrément que nous avons nous convient très bien, d’autant que nous l’avons réactualisé il y a 4 mois. Mais surtout, nous parlons là d’une réactualisation des 2 ans, ce qui nous laisse encore 8 mois à attendre avant de pouvoir rencontrer la personne en charge de notre dossier. Je me demande si entre temps nous avons une petite chance que notre dossier soit proposé à un Conseil des familles ou bien si nous sommes bel et bien, comme j’en ai l’impression, dans une « année de perdue » à cause de la réorganisation qui vient d’avoir lieu.

Face à tous ces chamboulements, je dois reconnaître que ce projet est assez lourd à porter cet hiver. Surtout que nous assistons toujours à des grossesses et des naissances partout autours de nous, ce qui ne facilite rien en ce qui me concerne. Certes, je ne suis plus submergée de désespoir dès qu’une proche m’annonce qu’elle est enceinte, je n’éprouve absolument aucun sentiment d’envie ou de jalousie (j’éprouve d’ailleurs de moins en moins de sentiments de manière générale, ce qui est autrement inquiétant), mais la question que je me pose aujourd’hui, et que l’on se pose tous les deux il me semble, ce n’est plus : « Dans combien de temps cela sera-t-il notre tour », mais plutôt « Combien de temps encore allons-nous supporter cette attente ? ». Je tente de me convaincre que tous les couples qui ont adoptés ont nécessairement vécu cela à un moment donné : l’attente prolongée, presque déséspérée, les remises en questions, les envies d’abandonner, et je pense que c’est une phase que je traverse (que nous traversons ?). Désormais je ne sais pas vraiment si j’ai envie que cette attente s’arrête parce que j’ai vraiment hâte d’être maman (ai-je vraiment VRAIMENT hâte ?), ou bien simplement parce que je ne supporte plus d’avoir l’impression de vivre à coté de ma vie pendant que j’attend que quelqu’un un jour sorte mon dossier d’un tiroir où il est rangé depuis DÉJÀ 2 ans ?


Contact Me

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Instagram

  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image
  • Instagram Image

Suivez-moi


Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus